La question de la restauration scolaire dans les écoles d’enseignement catholique

On nous propose aujourd’hui de voter d’importants investissements au bénéfice des écoles publiques de la commune

  • 110 000 euros pour la garderie de l’école publique de Maroué
  • 1 635 802 euros pour l’aménagement de l’école Beaulieu (ce qui est loin des 6 millions annoncés en janvier 2008)
  • Un avenant pour les travaux du restaurant scolaire de l’école Mathurin Méheut

Nous ne mettons pas en cause la nécessité de ces travaux.

Nous nous interrogeons en revanche sur l’aide qu’apporte la Ville aux écoles d’enseignement catholique de la commune qui occupent également une place importante dans le réseau scolaire lamballais. Nous avons déjà noté la différence existante entre le forfait de fonctionnement accordé par la commune aux écoles d’enseignement catholique, 664,43 euros par élèves, et l’évaluation du coût d’un enfant dans l’enseignement public, 743,72 euros.

Nous nous interrogeons aujourd’hui sur la question de l’accès au restaurant scolaire.

Pour Sainte-Anne à Maroué et Notre-Dame de Beauregard à Saint-Aaron, la question ne se pose pas puisque les enfants des écoles privées et publiques déjeunent tous au restaurant scolaire communal pour un tarif identique.

La question se pose en revanche pour l’OGEC de Lamballe.

Aujourd’hui, les enfants du primaire scolarisés au vieux Saint-Joseph et au Sacré-Cœur ont leur propre système de restauration. Demain, l’OGEC de Lamballe peut imaginer de pouvoir bénéficier des services de la cuisine centrale.

  • Au regard des efforts que fait la commune de Lamballe pour mettre aux normes les offices des restaurants scolaires
  • Au regard du tarif unique que la commune pratique pour tous les enfants des écoles privées et publiques en dehors des enfants scolarisés dans les écoles primaires dépendant de l’OGEC de Lamballe

Il nous semble important qu’il soit proposé à l’OGEC de Lamballe une solution qui garantisse :

  • Un prix de repas identique à tous les autres enfants de Lamballe
  • Une formule adaptée pour que le coût de la mise aux normes de l’office du restaurant scolaire de l’OGEC de Lamballe ne pèse pas sur la contribution des familles. Si cette remise aux normes venait à peser sur les familles, cela reviendrait en effet à ne pas pratiquer le même prix du repas pour tous les enfants de Lamballe. Les familles paieraient en effet le repas et le surcoût de l’aménagement de l’office. Faut-il rappeler que les familles scolarisant leurs enfants dans les établissements de l’OGEC de Lamballe payent déjà par l’impôt la mise aux normes des offices de toutes les autres écoles lamballaises ?

Notre remarque a d’autant plus de valeur que la ville octroyait jusqu’ici une subvention de 36 000 euros pour alléger le cout de la restauration scolaire de l’OGEC de Lamballe sur les familles et qu’il est question de supprimer, à moyen terme, cette subvention.

Je vous remercie de prendre en compte cette remarque afin que tous les enfants de Lamballe soient traités sur un pied d’égalité quant à l’accès au restaurant scolaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s