Un pas de plus vers le futur quartier du Liffré

(extrait de Ouest-France le 16 septembre 2010)

Le conseil municipal a décidé, hier soir, de créer là une zone d’aménagement concerté et de la dénommer « ZAC du Liffré ». Elle sera réalisée en régie, la Ville conservant la maîtrise d’ouvrage.
75 logementsLe projet prévoit un habitat densifié. Soit 75 logements, de type petits collectifs, avec de la mixité sociale (locatif, accession à la propriété…). Un habitat de type passif : basse consommation, matériaux sains, énergies propres… Cet aménagement comprendra encore la création d’un gymnase de 5 000 à 6 000 m2, ainsi qu’un foyer de jeunes travailleurs. Il vise aussi, à travers un maillage de cheminements piétons-cycles à réduire l’utilisation de la voiture. L’un des objectifs est de désengorger la rue Mouëxigné, qui passera en sens unique (en direction du centre-ville). Une nouvelle voie traversant cette zone permettra de remonter vers la quatre voies.

Une concertation « positive »

Denis Michelet, l’adjoint au maire en charge de ce dossier, a fait part au conseild’un « bilan positif » de la concertation préalable à la création de cette ZAC. Elle a été conduite avec le bureau de l’association de quartier, ainsi qu’avec des propriétaires concernés, notamment ceux qui habitent le long de la rue Mouëxigné (désenclavement des terrains à l’arrière). Leurs remarques, jugées pertinentes, ont été prises en compte et ont entraîné quelques modifications. « Les études en vue de la réalisation de cette ZAC vont maintenant être poursuivies, dans une concertation élargie, en intégrant une approche de haute qualité environnementale et de cohérence architecturale. » Il s’agira notamment de tenir compte des éventuelles remarques de l’autorité environnementale, à savoir la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL).

Des zones tampons pour l’eau

Stéphane de Sallier Dupin (opposition) s’est notamment inquiété de l’impact de ces constructions sur l’écoulement des eaux de pluie et d’éventuelles inondations. Le cabinet Setur, maître d’oeuvre du projet, a expliqué que dans ce type d’urbanisation « on ne peut pas aggraver la situation existante ». Des zones tampons, avec des volumes de rétention de l’ordre de 800 à 1 000 m3 retiendront l’eau. Les parkings seront vraisemblablement submersibles, sans que le choix de leur revêtement soit encore arrêté. Par parenthèse, le maire, Loïc Cauret, a souligné que la quatre voies déversait des quantités d’eau importantes dans ces parages. La zone naturelle sera par ailleurs préservée et mise en valeur, sans qu’il soit exclu d’aménager des liaisons piétonnes et cyclables avec les secteurs de la rue de Penthièvre (au Nord) ou le quartier Saint-Lazare.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s