Avenir du haras : les propositions de l’opposition

Marie-Antoinette Rouxel et Stéphane de Sallier Dupin, élus de l’opposition municipale à Lamballe, ont participé à la présentation de l’étude sur l’avenir du Haras ce jeudi 29 juin. Marie-Antoinette Rouxel faisait partie du groupe de travail qui a participé à l’élaboration de cette étude. « Nous avons relevé des points positifs, quelques flous et lacunes ». déclarent les élus de l’opposition.
« Parmi les points positifs, nous nous réjouissons qu’aient été pris en compte deux points importants que nous évoquons depuis des années : la nécessité absolue d’ouvrir le haras à un public le plus large possible, d’en autoriser la traversée gratuite, et le besoin d’en faire un lieu de découverte de l’histoire du cheval en Bretagne. . » poursuivent-ils.
 
« Ouvrir le site, certes mais pour quoi faire ? S’y promener bien sûr mais cela ne suffit pas. Ce que les gens attendent actuellement, c’est de faire revivre des souvenirs, des odeurs, des visages. Il faut donc recueillir rapidement la mémoire de l’établissement si on ne veut pas la perdre définitivement. Sur ces deux points il faut désormais aller vite » précisent les élus de l’opposition lamballaise.
« Il demeure néanmoins une vraie question autour de l’entretien du site, bâtiments et abords, qui nécessite une reprise en main et pose la question du financement. Si le groupe de travail admet qu’il faut faire un effort dans ce domaine, aucune piste concrète de financement n’est évoquée » ajoutent Marie-Antoinette Rouxel et Stéphane de Sallier Dupin.
« Enfin, si le haras doit garder une vocation équestre, il doit s’ouvrir vers des activités économiques autres. Nous avions proposé la création d’un espace de travail partagé (co-working) et d’une pépinière d’entreprise. La première idée est prise en compte. La maison du Directeur est-il le meilleur lieu ? La proposition de pépinière d’entreprise mérite d’être intégrée dans le projet au même titre que la pépinière d’entreprise de Dinan agglomération qui a été intégrée dans les locaux patrimoniaux des anciennes casernes » 
« Cette présentation nous a permis de faire le point de ce qu’il faudrait faire pour le haras. Maintenant, il faut évoquer la question la plus difficile : Que peut-on faire concrètement dans un environnement budgétaire qui va encore devenir plus compliqué ? »  concluent les deux élus de l’opposition lamballaise.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s